Joignez nous sur Facebook

S'il vous plait, attendre 20 secondes...!!! 
SenegalVideo.com

2202 views

DANS LA MEME CATEGORIE

Dikoon episode 70

1,041 views
  • 1,041 Views

Dikoon episode 69

390 views
  • 390 Views

Dikoon episode 68 https://www.facebook.com/dikoonsy https://www.facebook.com/pikiniproductions/ Dikoon, diffusée les Mercredis et samedis, sur SEN TV. Dikoon, cette série de Pikini Productions dont la captivante trame s’étire magnifiquement le long de 82 épisodes palpitants, est l’histoire d’un amour improbable qui bouleverse le quotidien d’une troupe de danse, escortée par de petits et grands rebondissements. Un roman sénégalais, chapitré autour d’un scénario envoûtant. Dikoon est une jeune fille de son époque, à la passion élevée pour la danse. Elle est aussi la fille unique de l’Imam Ratib du quartier. Ce dernier, en homme de Dieu, prie tous les saints que sa fille unique se détourne de la danse. Ce métier étant considéré par l’Imam comme une occupation profane. Malgré l’opposition paternelle, Dikoon, étoile filante de la danse, n’en fait qu’à sa tête et s’échine tous les jours à assouvir sa passion. Dikoon, miroir d’un certain Sénégal, est tout sauf un dramatique monotone. Toute lenteur est bannie dans ce feuilleton de 82 épisodes aux séquences rythmées et au scénario captivant. Toutes ces histoires s’enchaînent dans une rapidité déroutante. Un dynamisme porté par une somme de petites histoires qui font l’histoire. La camera se ballade, tel un accélérateur, au milieu des rebondissements, des drames, des petites portes dérobées et des tiroirs ouverts sur ces vies chahutées. Dikoon, c’est la métaphore de nos propres turpitudes. Entre ombres et lumières. Dans son quartier, Dikoon a pour voisin un jeune médecin, le docteur Sarr. Ce toubib est marié à une femme au foyer, Ndèye Fily, sorte d’intellectuelle ratée à la carrière professionnelle bouchée. Ndeye Fily s’est réfugiée dans son ménage pour couturer ses échecs. Elle se singularise surtout par une capacité d’actions, de nuisance et de manipulation peu ordinaire. Elle est un poison pour sa belle-mère. Le docteur Sarr, pour s’échapper des machinations de sa femme, lorgne Dikoon dont il tombe bientôt amoureux. La jeune danseuse est le contraire de Ndeye Fily. Cette situation charme le médecin. Problème : dans sa troupe de danse, Dikoon est convoitée par un certain Ndiol, lui aussi fou amoureux de la jeune fille. Autre écueil : Dada, meilleure amie de Dikoon, en pince depuis toujours pour le Docteur Sarr. Mieux, Dada a toujours confié à Dikoon ses sentiments pour le jeune médecin. Chiche ! Dikoon, c’est le quotidien millimétré d’une fille de quartier comme il en existe dans toutes les villes du pays. C’est une série sénégalaise de 82 épisodes, pour la première saison, sur le thème de l’amour impossible. Une histoire de sentiment escortée par d’autres petites histoires. Car, à côté des acteurs principaux, circule une foule de petites ombres. Des personnages secondaires maquillés de leurs propres travers. Comme Keulz, danseur et toujours fourré dans de petits coups. Escroc a ses petites heures, il fait miroiter à des gens des voyages à l’occasion des tournées européennes de la troupe de danse. Il y a aussi cette autre jeune fille de la troupe de danse prise dans les tenailles d’une escroquerie au mariage. Ou ce chanteur-charmeur s’invitant dans la troupe pour mieux bouleverser le train-train quotidien de ce petit monde à la vie déjà trépidante. Au départ, Dikoon devait être un film sur la danse. Le scénariste et producteur, Aliou Ndiaye, étant convaincu que le monde de la danse fascine les gens. Un jour qu’il se rendait à la plage pour acheter du poisson, il surprend une discussion entre jeunes filles échangeant sur une danseuse sénégalaise très connue, personnalité publique et bonne danseuse. Le journaliste est soufflé par cette discussion passionnée autour de cette danseuse. Sa curiosité est attirée par le fait aussi qu’aux yeux de ces jeunes filles, cette danseuse est une référence, une grande personnalité, sinon la personnalité la plus importante à leurs yeux. Lui-même a toujours suivi la carrière de cette célèbre danseuse avec beaucoup de curiosité. Il se dit alors que les danseurs méritent qu’on s’intéresse à eux, qu’on s’intéresse à leurs manières de vivre. Dans un premier temps, il songe à écrire un roman pour retranscrire la vie de ces danseurs. Puis, l’idée lui vient d’en faire un film pour que les gens le voient tout de suite. Dikoon est né. Et ne laissera personne indifférent. Absolument personne.

476 views
  • 476 Views

Dikoon episode 67 https://www.facebook.com/dikoonsy https://www.facebook.com/pikiniproductions/ Dikoon, diffusée les Mercredis et samedis, sur SEN TV. Dikoon, cette série de Pikini Productions dont la captivante trame s’étire magnifiquement le long de 82 épisodes palpitants, est l’histoire d’un amour improbable qui bouleverse le quotidien d’une troupe de danse, escortée par de petits et grands rebondissements. Un roman sénégalais, chapitré autour d’un scénario envoûtant. Dikoon est une jeune fille de son époque, à la passion élevée pour la danse. Elle est aussi la fille unique de l’Imam Ratib du quartier. Ce dernier, en homme de Dieu, prie tous les saints que sa fille unique se détourne de la danse. Ce métier étant considéré par l’Imam comme une occupation profane. Malgré l’opposition paternelle, Dikoon, étoile filante de la danse, n’en fait qu’à sa tête et s’échine tous les jours à assouvir sa passion. Dikoon, miroir d’un certain Sénégal, est tout sauf un dramatique monotone. Toute lenteur est bannie dans ce feuilleton de 82 épisodes aux séquences rythmées et au scénario captivant. Toutes ces histoires s’enchaînent dans une rapidité déroutante. Un dynamisme porté par une somme de petites histoires qui font l’histoire. La camera se ballade, tel un accélérateur, au milieu des rebondissements, des drames, des petites portes dérobées et des tiroirs ouverts sur ces vies chahutées. Dikoon, c’est la métaphore de nos propres turpitudes. Entre ombres et lumières. Dans son quartier, Dikoon a pour voisin un jeune médecin, le docteur Sarr. Ce toubib est marié à une femme au foyer, Ndèye Fily, sorte d’intellectuelle ratée à la carrière professionnelle bouchée. Ndeye Fily s’est réfugiée dans son ménage pour couturer ses échecs. Elle se singularise surtout par une capacité d’actions, de nuisance et de manipulation peu ordinaire. Elle est un poison pour sa belle-mère. Le docteur Sarr, pour s’échapper des machinations de sa femme, lorgne Dikoon dont il tombe bientôt amoureux. La jeune danseuse est le contraire de Ndeye Fily. Cette situation charme le médecin. Problème : dans sa troupe de danse, Dikoon est convoitée par un certain Ndiol, lui aussi fou amoureux de la jeune fille. Autre écueil : Dada, meilleure amie de Dikoon, en pince depuis toujours pour le Docteur Sarr. Mieux, Dada a toujours confié à Dikoon ses sentiments pour le jeune médecin. Chiche ! Dikoon, c’est le quotidien millimétré d’une fille de quartier comme il en existe dans toutes les villes du pays. C’est une série sénégalaise de 82 épisodes, pour la première saison, sur le thème de l’amour impossible. Une histoire de sentiment escortée par d’autres petites histoires. Car, à côté des acteurs principaux, circule une foule de petites ombres. Des personnages secondaires maquillés de leurs propres travers. Comme Keulz, danseur et toujours fourré dans de petits coups. Escroc a ses petites heures, il fait miroiter à des gens des voyages à l’occasion des tournées européennes de la troupe de danse. Il y a aussi cette autre jeune fille de la troupe de danse prise dans les tenailles d’une escroquerie au mariage. Ou ce chanteur-charmeur s’invitant dans la troupe pour mieux bouleverser le train-train quotidien de ce petit monde à la vie déjà trépidante. Au départ, Dikoon devait être un film sur la danse. Le scénariste et producteur, Aliou Ndiaye, étant convaincu que le monde de la danse fascine les gens. Un jour qu’il se rendait à la plage pour acheter du poisson, il surprend une discussion entre jeunes filles échangeant sur une danseuse sénégalaise très connue, personnalité publique et bonne danseuse. Le journaliste est soufflé par cette discussion passionnée autour de cette danseuse. Sa curiosité est attirée par le fait aussi qu’aux yeux de ces jeunes filles, cette danseuse est une référence, une grande personnalité, sinon la personnalité la plus importante à leurs yeux. Lui-même a toujours suivi la carrière de cette célèbre danseuse avec beaucoup de curiosité. Il se dit alors que les danseurs méritent qu’on s’intéresse à eux, qu’on s’intéresse à leurs manières de vivre. Dans un premier temps, il songe à écrire un roman pour retranscrire la vie de ces danseurs. Puis, l’idée lui vient d’en faire un film pour que les gens le voient tout de suite. Dikoon est né. Et ne laissera personne indifférent. Absolument personne.

471 views
  • 471 Views

Dikoon episode 66 Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/dikoonsy https://www.facebook.com/pikiniproductions/ Dikoon, diffusée les Mercredis et samedis, sur SEN TV. Dikoon, cette série de Pikini Productions dont la captivante trame s’étire magnifiquement le long de 82 épisodes palpitants, est l’histoire d’un amour improbable qui bouleverse le quotidien d’une troupe de danse, escortée par de petits et grands rebondissements. Un roman sénégalais, chapitré autour d’un scénario envoûtant. Dikoon est une jeune fille de son époque, à la passion élevée pour la danse. Elle est aussi la fille unique de l’Imam Ratib du quartier. Ce dernier, en homme de Dieu, prie tous les saints que sa fille unique se détourne de la danse. Ce métier étant considéré par l’Imam comme une occupation profane. Malgré l’opposition paternelle, Dikoon, étoile filante de la danse, n’en fait qu’à sa tête et s’échine tous les jours à assouvir sa passion. Dikoon, miroir d’un certain Sénégal, est tout sauf un dramatique monotone. Toute lenteur est bannie dans ce feuilleton de 82 épisodes aux séquences rythmées et au scénario captivant. Toutes ces histoires s’enchaînent dans une rapidité déroutante. Un dynamisme porté par une somme de petites histoires qui font l’histoire. La camera se ballade, tel un accélérateur, au milieu des rebondissements, des drames, des petites portes dérobées et des tiroirs ouverts sur ces vies chahutées. Dikoon, c’est la métaphore de nos propres turpitudes. Entre ombres et lumières. Dans son quartier, Dikoon a pour voisin un jeune médecin, le docteur Sarr. Ce toubib est marié à une femme au foyer, Ndèye Fily, sorte d’intellectuelle ratée à la carrière professionnelle bouchée. Ndeye Fily s’est réfugiée dans son ménage pour couturer ses échecs. Elle se singularise surtout par une capacité d’actions, de nuisance et de manipulation peu ordinaire. Elle est un poison pour sa belle-mère. Le docteur Sarr, pour s’échapper des machinations de sa femme, lorgne Dikoon dont il tombe bientôt amoureux. La jeune danseuse est le contraire de Ndeye Fily. Cette situation charme le médecin. Problème : dans sa troupe de danse, Dikoon est convoitée par un certain Ndiol, lui aussi fou amoureux de la jeune fille. Autre écueil : Dada, meilleure amie de Dikoon, en pince depuis toujours pour le Docteur Sarr. Mieux, Dada a toujours confié à Dikoon ses sentiments pour le jeune médecin. Chiche ! Dikoon, c’est le quotidien millimétré d’une fille de quartier comme il en existe dans toutes les villes du pays. C’est une série sénégalaise de 82 épisodes, pour la première saison, sur le thème de l’amour impossible. Une histoire de sentiment escortée par d’autres petites histoires. Car, à côté des acteurs principaux, circule une foule de petites ombres. Des personnages secondaires maquillés de leurs propres travers. Comme Keulz, danseur et toujours fourré dans de petits coups. Escroc a ses petites heures, il fait miroiter à des gens des voyages à l’occasion des tournées européennes de la troupe de danse. Il y a aussi cette autre jeune fille de la troupe de danse prise dans les tenailles d’une escroquerie au mariage. Ou ce chanteur-charmeur s’invitant dans la troupe pour mieux bouleverser le train-train quotidien de ce petit monde à la vie déjà trépidante. Au départ, Dikoon devait être un film sur la danse. Le scénariste et producteur, Aliou Ndiaye, étant convaincu que le monde de la danse fascine les gens. Un jour qu’il se rendait à la plage pour acheter du poisson, il surprend une discussion entre jeunes filles échangeant sur une danseuse sénégalaise très connue, personnalité publique et bonne danseuse. Le journaliste est soufflé par cette discussion passionnée autour de cette danseuse. Sa curiosité est attirée par le fait aussi qu’aux yeux de ces jeunes filles, cette danseuse est une référence, une grande personnalité, sinon la personnalité la plus importante à leurs yeux. Lui-même a toujours suivi la carrière de cette célèbre danseuse avec beaucoup de curiosité. Il se dit alors que les danseurs méritent qu’on s’intéresse à eux, qu’on s’intéresse à leurs manières de vivre. Dans un premier temps, il songe à écrire un roman pour retranscrire la vie de ces danseurs. Puis, l’idée lui vient d’en faire un film pour que les gens le voient tout de suite. Dikoon est né. Et ne laissera personne indifférent. Absolument personne.

370 views
  • 370 Views

Dikoon episode 65 https://www.facebook.com/dikoonsy https://www.facebook.com/pikiniproductions/ Dikoon, diffusée les Mercredis et samedis, sur SEN TV. Dikoon, cette série de Pikini Productions dont la captivante trame s’étire magnifiquement le long de 82 épisodes palpitants, est l’histoire d’un amour improbable qui bouleverse le quotidien d’une troupe de danse, escortée par de petits et grands rebondissements. Un roman sénégalais, chapitré autour d’un scénario envoûtant. Dikoon est une jeune fille de son époque, à la passion élevée pour la danse. Elle est aussi la fille unique de l’Imam Ratib du quartier. Ce dernier, en homme de Dieu, prie tous les saints que sa fille unique se détourne de la danse. Ce métier étant considéré par l’Imam comme une occupation profane. Malgré l’opposition paternelle, Dikoon, étoile filante de la danse, n’en fait qu’à sa tête et s’échine tous les jours à assouvir sa passion. Dikoon, miroir d’un certain Sénégal, est tout sauf un dramatique monotone. Toute lenteur est bannie dans ce feuilleton de 82 épisodes aux séquences rythmées et au scénario captivant. Toutes ces histoires s’enchaînent dans une rapidité déroutante. Un dynamisme porté par une somme de petites histoires qui font l’histoire. La camera se ballade, tel un accélérateur, au milieu des rebondissements, des drames, des petites portes dérobées et des tiroirs ouverts sur ces vies chahutées. Dikoon, c’est la métaphore de nos propres turpitudes. Entre ombres et lumières. Dans son quartier, Dikoon a pour voisin un jeune médecin, le docteur Sarr. Ce toubib est marié à une femme au foyer, Ndèye Fily, sorte d’intellectuelle ratée à la carrière professionnelle bouchée. Ndeye Fily s’est réfugiée dans son ménage pour couturer ses échecs. Elle se singularise surtout par une capacité d’actions, de nuisance et de manipulation peu ordinaire. Elle est un poison pour sa belle-mère. Le docteur Sarr, pour s’échapper des machinations de sa femme, lorgne Dikoon dont il tombe bientôt amoureux. La jeune danseuse est le contraire de Ndeye Fily. Cette situation charme le médecin. Problème : dans sa troupe de danse, Dikoon est convoitée par un certain Ndiol, lui aussi fou amoureux de la jeune fille. Autre écueil : Dada, meilleure amie de Dikoon, en pince depuis toujours pour le Docteur Sarr. Mieux, Dada a toujours confié à Dikoon ses sentiments pour le jeune médecin. Chiche ! Dikoon, c’est le quotidien millimétré d’une fille de quartier comme il en existe dans toutes les villes du pays. C’est une série sénégalaise de 82 épisodes, pour la première saison, sur le thème de l’amour impossible. Une histoire de sentiment escortée par d’autres petites histoires. Car, à côté des acteurs principaux, circule une foule de petites ombres. Des personnages secondaires maquillés de leurs propres travers. Comme Keulz, danseur et toujours fourré dans de petits coups. Escroc a ses petites heures, il fait miroiter à des gens des voyages à l’occasion des tournées européennes de la troupe de danse. Il y a aussi cette autre jeune fille de la troupe de danse prise dans les tenailles d’une escroquerie au mariage. Ou ce chanteur-charmeur s’invitant dans la troupe pour mieux bouleverser le train-train quotidien de ce petit monde à la vie déjà trépidante. Au départ, Dikoon devait être un film sur la danse. Le scénariste et producteur, Aliou Ndiaye, étant convaincu que le monde de la danse fascine les gens. Un jour qu’il se rendait à la plage pour acheter du poisson, il surprend une discussion entre jeunes filles échangeant sur une danseuse sénégalaise très connue, personnalité publique et bonne danseuse. Le journaliste est soufflé par cette discussion passionnée autour de cette danseuse. Sa curiosité est attirée par le fait aussi qu’aux yeux de ces jeunes filles, cette danseuse est une référence, une grande personnalité, sinon la personnalité la plus importante à leurs yeux. Lui-même a toujours suivi la carrière de cette célèbre danseuse avec beaucoup de curiosité. Il se dit alors que les danseurs méritent qu’on s’intéresse à eux, qu’on s’intéresse à leurs manières de vivre. Dans un premier temps, il songe à écrire un roman pour retranscrire la vie de ces danseurs. Puis, l’idée lui vient d’en faire un film pour que les gens le voient tout de suite. Dikoon est né. Et ne laissera personne indifférent. Absolument personne.

375 views
  • 375 Views

Dikoon episode 64 https://www.facebook.com/dikoonsy https://www.facebook.com/pikiniproductions/ Dikoon, diffusée les Mercredis et samedis, sur SEN TV. Dikoon, cette série de Pikini Productions dont la captivante trame s’étire magnifiquement le long de 82 épisodes palpitants, est l’histoire d’un amour improbable qui bouleverse le quotidien d’une troupe de danse, escortée par de petits et grands rebondissements. Un roman sénégalais, chapitré autour d’un scénario envoûtant. Dikoon est une jeune fille de son époque, à la passion élevée pour la danse. Elle est aussi la fille unique de l’Imam Ratib du quartier. Ce dernier, en homme de Dieu, prie tous les saints que sa fille unique se détourne de la danse. Ce métier étant considéré par l’Imam comme une occupation profane. Malgré l’opposition paternelle, Dikoon, étoile filante de la danse, n’en fait qu’à sa tête et s’échine tous les jours à assouvir sa passion. Dikoon, miroir d’un certain Sénégal, est tout sauf un dramatique monotone. Toute lenteur est bannie dans ce feuilleton de 82 épisodes aux séquences rythmées et au scénario captivant. Toutes ces histoires s’enchaînent dans une rapidité déroutante. Un dynamisme porté par une somme de petites histoires qui font l’histoire. La camera se ballade, tel un accélérateur, au milieu des rebondissements, des drames, des petites portes dérobées et des tiroirs ouverts sur ces vies chahutées. Dikoon, c’est la métaphore de nos propres turpitudes. Entre ombres et lumières. Dans son quartier, Dikoon a pour voisin un jeune médecin, le docteur Sarr. Ce toubib est marié à une femme au foyer, Ndèye Fily, sorte d’intellectuelle ratée à la carrière professionnelle bouchée. Ndeye Fily s’est réfugiée dans son ménage pour couturer ses échecs. Elle se singularise surtout par une capacité d’actions, de nuisance et de manipulation peu ordinaire. Elle est un poison pour sa belle-mère. Le docteur Sarr, pour s’échapper des machinations de sa femme, lorgne Dikoon dont il tombe bientôt amoureux. La jeune danseuse est le contraire de Ndeye Fily. Cette situation charme le médecin. Problème : dans sa troupe de danse, Dikoon est convoitée par un certain Ndiol, lui aussi fou amoureux de la jeune fille. Autre écueil : Dada, meilleure amie de Dikoon, en pince depuis toujours pour le Docteur Sarr. Mieux, Dada a toujours confié à Dikoon ses sentiments pour le jeune médecin. Chiche ! Dikoon, c’est le quotidien millimétré d’une fille de quartier comme il en existe dans toutes les villes du pays. C’est une série sénégalaise de 82 épisodes, pour la première saison, sur le thème de l’amour impossible. Une histoire de sentiment escortée par d’autres petites histoires. Car, à côté des acteurs principaux, circule une foule de petites ombres. Des personnages secondaires maquillés de leurs propres travers. Comme Keulz, danseur et toujours fourré dans de petits coups. Escroc a ses petites heures, il fait miroiter à des gens des voyages à l’occasion des tournées européennes de la troupe de danse. Il y a aussi cette autre jeune fille de la troupe de danse prise dans les tenailles d’une escroquerie au mariage. Ou ce chanteur-charmeur s’invitant dans la troupe pour mieux bouleverser le train-train quotidien de ce petit monde à la vie déjà trépidante. Au départ, Dikoon devait être un film sur la danse. Le scénariste et producteur, Aliou Ndiaye, étant convaincu que le monde de la danse fascine les gens. Un jour qu’il se rendait à la plage pour acheter du poisson, il surprend une discussion entre jeunes filles échangeant sur une danseuse sénégalaise très connue, personnalité publique et bonne danseuse. Le journaliste est soufflé par cette discussion passionnée autour de cette danseuse. Sa curiosité est attirée par le fait aussi qu’aux yeux de ces jeunes filles, cette danseuse est une référence, une grande personnalité, sinon la personnalité la plus importante à leurs yeux. Lui-même a toujours suivi la carrière de cette célèbre danseuse avec beaucoup de curiosité. Il se dit alors que les danseurs méritent qu’on s’intéresse à eux, qu’on s’intéresse à leurs manières de vivre. Dans un premier temps, il songe à écrire un roman pour retranscrire la vie de ces danseurs. Puis, l’idée lui vient d’en faire un film pour que les gens le voient tout de suite. Dikoon est né. Et ne laissera personne indifférent. Absolument personne.

405 views
  • 405 Views

Dikoon episode 63 https://www.facebook.com/dikoonsy https://www.facebook.com/pikiniproductions/ Dikoon, diffusée les Mercredis et samedis, sur SEN TV. Dikoon, cette série de Pikini Productions dont la captivante trame s’étire magnifiquement le long de 82 épisodes palpitants, est l’histoire d’un amour improbable qui bouleverse le quotidien d’une troupe de danse, escortée par de petits et grands rebondissements. Un roman sénégalais, chapitré autour d’un scénario envoûtant. Dikoon est une jeune fille de son époque, à la passion élevée pour la danse. Elle est aussi la fille unique de l’Imam Ratib du quartier. Ce dernier, en homme de Dieu, prie tous les saints que sa fille unique se détourne de la danse. Ce métier étant considéré par l’Imam comme une occupation profane. Malgré l’opposition paternelle, Dikoon, étoile filante de la danse, n’en fait qu’à sa tête et s’échine tous les jours à assouvir sa passion. Dikoon, miroir d’un certain Sénégal, est tout sauf un dramatique monotone. Toute lenteur est bannie dans ce feuilleton de 82 épisodes aux séquences rythmées et au scénario captivant. Toutes ces histoires s’enchaînent dans une rapidité déroutante. Un dynamisme porté par une somme de petites histoires qui font l’histoire. La camera se ballade, tel un accélérateur, au milieu des rebondissements, des drames, des petites portes dérobées et des tiroirs ouverts sur ces vies chahutées. Dikoon, c’est la métaphore de nos propres turpitudes. Entre ombres et lumières. Dans son quartier, Dikoon a pour voisin un jeune médecin, le docteur Sarr. Ce toubib est marié à une femme au foyer, Ndèye Fily, sorte d’intellectuelle ratée à la carrière professionnelle bouchée. Ndeye Fily s’est réfugiée dans son ménage pour couturer ses échecs. Elle se singularise surtout par une capacité d’actions, de nuisance et de manipulation peu ordinaire. Elle est un poison pour sa belle-mère. Le docteur Sarr, pour s’échapper des machinations de sa femme, lorgne Dikoon dont il tombe bientôt amoureux. La jeune danseuse est le contraire de Ndeye Fily. Cette situation charme le médecin. Problème : dans sa troupe de danse, Dikoon est convoitée par un certain Ndiol, lui aussi fou amoureux de la jeune fille. Autre écueil : Dada, meilleure amie de Dikoon, en pince depuis toujours pour le Docteur Sarr. Mieux, Dada a toujours confié à Dikoon ses sentiments pour le jeune médecin. Chiche ! Dikoon, c’est le quotidien millimétré d’une fille de quartier comme il en existe dans toutes les villes du pays. C’est une série sénégalaise de 82 épisodes, pour la première saison, sur le thème de l’amour impossible. Une histoire de sentiment escortée par d’autres petites histoires. Car, à côté des acteurs principaux, circule une foule de petites ombres. Des personnages secondaires maquillés de leurs propres travers. Comme Keulz, danseur et toujours fourré dans de petits coups. Escroc a ses petites heures, il fait miroiter à des gens des voyages à l’occasion des tournées européennes de la troupe de danse. Il y a aussi cette autre jeune fille de la troupe de danse prise dans les tenailles d’une escroquerie au mariage. Ou ce chanteur-charmeur s’invitant dans la troupe pour mieux bouleverser le train-train quotidien de ce petit monde à la vie déjà trépidante. Au départ, Dikoon devait être un film sur la danse. Le scénariste et producteur, Aliou Ndiaye, étant convaincu que le monde de la danse fascine les gens. Un jour qu’il se rendait à la plage pour acheter du poisson, il surprend une discussion entre jeunes filles échangeant sur une danseuse sénégalaise très connue, personnalité publique et bonne danseuse. Le journaliste est soufflé par cette discussion passionnée autour de cette danseuse. Sa curiosité est attirée par le fait aussi qu’aux yeux de ces jeunes filles, cette danseuse est une référence, une grande personnalité, sinon la personnalité la plus importante à leurs yeux. Lui-même a toujours suivi la carrière de cette célèbre danseuse avec beaucoup de curiosité. Il se dit alors que les danseurs méritent qu’on s’intéresse à eux, qu’on s’intéresse à leurs manières de vivre. Dans un premier temps, il songe à écrire un roman pour retranscrire la vie de ces danseurs. Puis, l’idée lui vient d’en faire un film pour que les gens le voient tout de suite. Dikoon est né. Et ne laissera personne indifférent. Absolument personne.

344 views
  • 344 Views
Dikoon Episode 62
Il y a 2 ans

Dikoon episode 62 https://www.facebook.com/dikoonsy https://www.facebook.com/pikiniproductions/ Dikoon, diffusée les Mercredis et samedis, sur SEN TV. Dikoon, cette série de Pikini Productions dont la captivante trame s’étire magnifiquement le long de 82 épisodes palpitants, est l’histoire d’un amour improbable qui bouleverse le quotidien d’une troupe de danse, escortée par de petits et grands rebondissements. Un roman sénégalais, chapitré autour d’un scénario envoûtant. Dikoon est une jeune fille de son époque, à la passion élevée pour la danse. Elle est aussi la fille unique de l’Imam Ratib du quartier. Ce dernier, en homme de Dieu, prie tous les saints que sa fille unique se détourne de la danse. Ce métier étant considéré par l’Imam comme une occupation profane. Malgré l’opposition paternelle, Dikoon, étoile filante de la danse, n’en fait qu’à sa tête et s’échine tous les jours à assouvir sa passion. Dikoon, miroir d’un certain Sénégal, est tout sauf un dramatique monotone. Toute lenteur est bannie dans ce feuilleton de 82 épisodes aux séquences rythmées et au scénario captivant. Toutes ces histoires s’enchaînent dans une rapidité déroutante. Un dynamisme porté par une somme de petites histoires qui font l’histoire. La camera se ballade, tel un accélérateur, au milieu des rebondissements, des drames, des petites portes dérobées et des tiroirs ouverts sur ces vies chahutées. Dikoon, c’est la métaphore de nos propres turpitudes. Entre ombres et lumières. Dans son quartier, Dikoon a pour voisin un jeune médecin, le docteur Sarr. Ce toubib est marié à une femme au foyer, Ndèye Fily, sorte d’intellectuelle ratée à la carrière professionnelle bouchée. Ndeye Fily s’est réfugiée dans son ménage pour couturer ses échecs. Elle se singularise surtout par une capacité d’actions, de nuisance et de manipulation peu ordinaire. Elle est un poison pour sa belle-mère. Le docteur Sarr, pour s’échapper des machinations de sa femme, lorgne Dikoon dont il tombe bientôt amoureux. La jeune danseuse est le contraire de Ndeye Fily. Cette situation charme le médecin. Problème : dans sa troupe de danse, Dikoon est convoitée par un certain Ndiol, lui aussi fou amoureux de la jeune fille. Autre écueil : Dada, meilleure amie de Dikoon, en pince depuis toujours pour le Docteur Sarr. Mieux, Dada a toujours confié à Dikoon ses sentiments pour le jeune médecin. Chiche ! Dikoon, c’est le quotidien millimétré d’une fille de quartier comme il en existe dans toutes les villes du pays. C’est une série sénégalaise de 82 épisodes, pour la première saison, sur le thème de l’amour impossible. Une histoire de sentiment escortée par d’autres petites histoires. Car, à côté des acteurs principaux, circule une foule de petites ombres. Des personnages secondaires maquillés de leurs propres travers. Comme Keulz, danseur et toujours fourré dans de petits coups. Escroc a ses petites heures, il fait miroiter à des gens des voyages à l’occasion des tournées européennes de la troupe de danse. Il y a aussi cette autre jeune fille de la troupe de danse prise dans les tenailles d’une escroquerie au mariage. Ou ce chanteur-charmeur s’invitant dans la troupe pour mieux bouleverser le train-train quotidien de ce petit monde à la vie déjà trépidante. Au départ, Dikoon devait être un film sur la danse. Le scénariste et producteur, Aliou Ndiaye, étant convaincu que le monde de la danse fascine les gens. Un jour qu’il se rendait à la plage pour acheter du poisson, il surprend une discussion entre jeunes filles échangeant sur une danseuse sénégalaise très connue, personnalité publique et bonne danseuse. Le journaliste est soufflé par cette discussion passionnée autour de cette danseuse. Sa curiosité est attirée par le fait aussi qu’aux yeux de ces jeunes filles, cette danseuse est une référence, une grande personnalité, sinon la personnalité la plus importante à leurs yeux. Lui-même a toujours suivi la carrière de cette célèbre danseuse avec beaucoup de curiosité. Il se dit alors que les danseurs méritent qu’on s’intéresse à eux, qu’on s’intéresse à leurs manières de vivre. Dans un premier temps, il songe à écrire un roman pour retranscrire la vie de ces danseurs. Puis, l’idée lui vient d’en faire un film pour que les gens le voient tout de suite. Dikoon est né. Et ne laissera personne indifférent. Absolument personne.

462 views
  • 462 Views
Dikoon Episode 61
Il y a 2 ans

Dikoon episode 61 https://www.facebook.com/dikoonsy https://www.facebook.com/pikiniproductions/ Dikoon, diffusée les Mercredis et samedis, sur SEN TV. Dikoon, cette série de Pikini Productions dont la captivante trame s’étire magnifiquement le long de 82 épisodes palpitants, est l’histoire d’un amour improbable qui bouleverse le quotidien d’une troupe de danse, escortée par de petits et grands rebondissements. Un roman sénégalais, chapitré autour d’un scénario envoûtant. Dikoon est une jeune fille de son époque, à la passion élevée pour la danse. Elle est aussi la fille unique de l’Imam Ratib du quartier. Ce dernier, en homme de Dieu, prie tous les saints que sa fille unique se détourne de la danse. Ce métier étant considéré par l’Imam comme une occupation profane. Malgré l’opposition paternelle, Dikoon, étoile filante de la danse, n’en fait qu’à sa tête et s’échine tous les jours à assouvir sa passion. Dikoon, miroir d’un certain Sénégal, est tout sauf un dramatique monotone. Toute lenteur est bannie dans ce feuilleton de 82 épisodes aux séquences rythmées et au scénario captivant. Toutes ces histoires s’enchaînent dans une rapidité déroutante. Un dynamisme porté par une somme de petites histoires qui font l’histoire. La camera se ballade, tel un accélérateur, au milieu des rebondissements, des drames, des petites portes dérobées et des tiroirs ouverts sur ces vies chahutées. Dikoon, c’est la métaphore de nos propres turpitudes. Entre ombres et lumières. Dans son quartier, Dikoon a pour voisin un jeune médecin, le docteur Sarr. Ce toubib est marié à une femme au foyer, Ndèye Fily, sorte d’intellectuelle ratée à la carrière professionnelle bouchée. Ndeye Fily s’est réfugiée dans son ménage pour couturer ses échecs. Elle se singularise surtout par une capacité d’actions, de nuisance et de manipulation peu ordinaire. Elle est un poison pour sa belle-mère. Le docteur Sarr, pour s’échapper des machinations de sa femme, lorgne Dikoon dont il tombe bientôt amoureux. La jeune danseuse est le contraire de Ndeye Fily. Cette situation charme le médecin. Problème : dans sa troupe de danse, Dikoon est convoitée par un certain Ndiol, lui aussi fou amoureux de la jeune fille. Autre écueil : Dada, meilleure amie de Dikoon, en pince depuis toujours pour le Docteur Sarr. Mieux, Dada a toujours confié à Dikoon ses sentiments pour le jeune médecin. Chiche ! Dikoon, c’est le quotidien millimétré d’une fille de quartier comme il en existe dans toutes les villes du pays. C’est une série sénégalaise de 82 épisodes, pour la première saison, sur le thème de l’amour impossible. Une histoire de sentiment escortée par d’autres petites histoires. Car, à côté des acteurs principaux, circule une foule de petites ombres. Des personnages secondaires maquillés de leurs propres travers. Comme Keulz, danseur et toujours fourré dans de petits coups. Escroc a ses petites heures, il fait miroiter à des gens des voyages à l’occasion des tournées européennes de la troupe de danse. Il y a aussi cette autre jeune fille de la troupe de danse prise dans les tenailles d’une escroquerie au mariage. Ou ce chanteur-charmeur s’invitant dans la troupe pour mieux bouleverser le train-train quotidien de ce petit monde à la vie déjà trépidante. Au départ, Dikoon devait être un film sur la danse. Le scénariste et producteur, Aliou Ndiaye, étant convaincu que le monde de la danse fascine les gens. Un jour qu’il se rendait à la plage pour acheter du poisson, il surprend une discussion entre jeunes filles échangeant sur une danseuse sénégalaise très connue, personnalité publique et bonne danseuse. Le journaliste est soufflé par cette discussion passionnée autour de cette danseuse. Sa curiosité est attirée par le fait aussi qu’aux yeux de ces jeunes filles, cette danseuse est une référence, une grande personnalité, sinon la personnalité la plus importante à leurs yeux. Lui-même a toujours suivi la carrière de cette célèbre danseuse avec beaucoup de curiosité. Il se dit alors que les danseurs méritent qu’on s’intéresse à eux, qu’on s’intéresse à leurs manières de vivre. Dans un premier temps, il songe à écrire un roman pour retranscrire la vie de ces danseurs. Puis, l’idée lui vient d’en faire un film pour que les gens le voient tout de suite. Dikoon est né. Et ne laissera personne indifférent. Absolument personne.

361 views
  • 361 Views
DIKOON EPISODE 60
Il y a 2 ans

Abonnez-Vous ! Pour Plus de Fun

667 views
  • 667 Views
DIKOON Episode 59
Il y a 2 ans

Abonnez-Vous ! Pour Plus de Fun

378 views
  • 378 Views
DIKOON Episode 58
Il y a 2 ans

Abonnez-Vous ! Pour Plus de Fun

516 views
  • 516 Views
DIKOON Episode 57
Il y a 2 ans

Abonnez-Vous ici : http://www.youtube.com/c/Pikiniproduction

608 views
  • 608 Views
DIKOON Episode 56
Il y a 2 ans

Dikoon Episode 56 Abonnez-Vous ici : www.youtube.com/c/PikiniProduction

324 views
  • 324 Views
DIKOON Episode 55
Il y a 2 ans

DIKOON Episode 55 Abonnez-Vous ici : http://www.youtube.com/c/PikiniProduction

357 views
  • 357 Views
DIKOON Episode 54
Il y a 2 ans

Abonnez-Vous ! Pour Plus de Fun

425 views
  • 425 Views
DIKOON Episode 53
Il y a 2 ans

Abonnez-vous ici: http://www.youtube.com/c/PikiniProduction

355 views
  • 355 Views
DIKOON Episode 52
Il y a 2 ans

Abonnez-Vous ! Pour Plus de Fun

372 views
  • 372 Views
DIKOON Episode 51
Il y a 2 ans

Abonnez-Vous ! Pour Plus de Fun

898 views
  • 898 Views